Biographyimage.jpg

Biographie

Sylvie Adams est une artiste canadienne vivant à Montréal (Québec). Elle est titulaire d’un baccalauréat en beaux-arts de l’Université Concordia. Ses œuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions individuelles et elle a participé à maintes foires internationales d’art contemporain – aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Sélectionnée par la commissaire et directrice du Art Wynwood pour participer à une exposition en l’honneur de Shepard Fairey (auteur de l’affiche « Hope » d’Obama) à Miami en 2017, son travail a aussi été remarqué par les journalistes et critiques du Blouin Art Info et Artnet News, lors de l’exposition Art New-York en 2016 et 2017. Sylvie Adams vit et travaille à Montréal.

Ses œuvres font également partie de collections privées et corporatives, dont les collections de Rio Tinto Alcan et Norwegian Cruise Line.

 
 

 
StatementImage.jpg

Démarche Artistique

Ma pratique artistique est fondée sur la dualité, l’expérimentation et la matérialité de la peinture. Elle réinterprète un héritage abstrait d’expressionisme lyrique et le renouvelle de façon contemporaine en lui ajoutant des notions opposées de volonté et de réflexion. Basée sur un processus qui laisse une certaine place au hasard, ma pratique permet un développement graduel de l'image.

L'oeuvre devient le résultat d'un dialogue, d'une interaction, d'une danse, où les forces élémentaires de la gravité et du temps sont aussi actives que la marque laissée par le geste. Une fois que la composition initiale est suggérée par le travail, l'intention devient plus claire et est finalisée en utilisant des marques libres et des masses colorées. Ainsi les marques volontaires se mélangent au hasard des coulisses et à l’imprévisibilité des altérations de la matière.

Influencée par un héritage architectural, mon imagerie renvoie à une construction spatiale tridimensionnelle et à un langage propre à l’espace figuratif. En structurant mes toiles en différents plans, je veux créer une perception de profondeur et une sensation d’espace dans laquelle se projeter. Le spectateur est amené à naviguer à travers des zones de transitions alternant entre violence et douceur. Il en résulte des "non-paysages" aux formes paradoxales, aux frontières à la fois délimitées et niées. J’invite le regard à évoluer à travers des scènes atmosphériques, au-delà de la matière physique, dans une temporalité suspendue, qui sollicite notre senti et notre intellect.